John Axelrod






[Back to press index]

14 Dec 2006
Candide (Le Figaro)
Le Figaro

Sacré Robert Carsen ! Ce diable d'homme est capable aussi bien de sonder les tréfonds de l'âme humaine en transposant la Femme sans ombre de Richard Strauss à l'époque de Freud que de vous embarquer dans un tourbillon festif digne de Broadway. Autant le Châtelet, tout à sa nouvelle politique de paillettes, avait échoué à redonner vie au Chanteur de Mexico, autant Candide est une réussite éclatante. Il faut dire qu'on partait sur d'autres bases : Francis Lopez et Léonard Bernstein, c'est la 2 CV et la Rolls ! Créée en 1956, l'opérette de Bernstein aura donc attendu cinquante ans pour connaître sa première parisienne. On en savait la musique géniale, on sait maintenant que l'oeuvre est scéniquement viable. Du moins faut-il s'en donner les moyens : avec son décorateur Michael Levine et les inépuisables machinistes du Châtelet, Carsen nous emmène au cinéma hollywoodien. La scène est un écran de télévision des années 1950 où l'on se retrouve au temps du maccarthysme et des Kennedy, chaque tableau étant prétexte à un changement de décor. C'est vif, drôle, éblouissant, sans oublier que la satire du rêve américain s'applique aussi au monde d'aujourd'hui. Seule la deuxième partie se traîne un peu, malgré d'habiles actualisations. À la tête d'un Ensemble orchestral de Paris très motivé, l'excellent John Axelrod fait swinguer la musique avec panache, sans négliger les trésors d'émotion et de tendresse qu'elle recèle. La distribution comporte des pépites, comme le Candide tout en humanité de William Burden, à la voix délicieuse, l'irrésistible Kim Criswell, grande dame de Broadway et première à l'applaudimètre, ou le très scrupuleux Lambert Wilson, meneur de jeu complet.


Permalink : http://www.johnaxelrod.com/press_detail.php?Candide-Le-Figaro-40


HOME | BIOGRAPHY | PRESS | CALENDAR | DISCOGRAPHY | VIDEOS | PHOTOS | NEWSLETTER | PROJECTS | ROSS | CONTACT

© 2010-2013 John Axelrod. All rights reserved.