John Axelrod






[Back to press index]

26 Dec 2007
John Axelrod Dirige Dvorak
ClassiqueInfo-disque.com

La Philharmonie du Württemberg n'enregistre pas que des compositeurs inconnus de seconde zone (voir ici ), elle sort aussi des disques consacrés au répertoire symphonique courant, où elle n'hésite pas à affronter une concurrence huppée. C'est le cas notamment d'une intégrale des symphonies de Bruckner réunie récemment en coffret, ou encore de cette toute nouvelle parution chez Genuin. John Axelrod y dirige la Symphonie du Nouveau Monde et la Suite tchèque de Dvorak. Axelrod est un jeune chef américain, élève de Leonard Bernstein. Directeur du Sinfonietta Cracovia et à Lucerne, il a récemment dirigé Candide au Châtelet puis à la Scala, et a été invité à Lille et à Liège. Il reviendra d'ailleurs à l'OPL pour conduire le programme de Nouvel An en janvier 2008. Axelrod dirige la Nouveau Monde avec une attention très minutieuse aux détails, modelant les phrasés avec amour, variant les effets, scrutant la partition pour en révéler des aspects ignorés. Il surprend souvent en combinant des articulations courtes, un rubato très expressif, et des variations dynamiques très fines. Cherchant l'originalité par des choix de rythmes peu courants et par une mise en relief très forte de la ligne, Axelrod en fait parfois trop, comme dans le scherzo, où quelques ralletandos et quelques pauses sont un peu trop appuyés. Il est cependant la plupart du temps très convaincant, dans le premier mouvement, très détaillé, à la carrure puissante, où chaque intervention des flûtes est magnifiquement mise en valeur, dans le largo, à la trame légère, mais à l'expressivité intense, qui monte progressivement, ou encore dans le finale, bien enlevé, mais un peu trop contrôlé et qui manque par ce fait de frénésie et de jusqu'au-boutisme. Plus rare au disque, la Suite tchèque fait un beau complément. Le chef y fait évoluer son orchestre avec beaucoup de légèreté et de liberté rythmique, pour donner là encore une interprétation soignée, où rien n'est laissé au hasard. La Philharmonie du Württemberg suit son chef avec enthousiasme et discipline. Les cordes, un peu incolores, n'ont pas la vivacité des orchestres slaves, ni la plénitude sonore des grandes formations, mais les cuivres font bonne figure, et les bois sont bien préparés, et se distinguent dans le Largo de la symphonie. Ajoutons que la prise de son est aérée et bien détaillée, ce qui achève de faire de ce disque un achat très recommandable, pour son interprétation originale, pour son couplage, et pour découvrir une personnalité de la direction promise à un bel avenir.


Permalink : http://www.johnaxelrod.com/press_detail.php?John-Axelrod-Dirige-Dvorak-30


HOME | BIOGRAPHY | PRESS | CALENDAR | DISCOGRAPHY | VIDEOS | PHOTOS | NEWSLETTER | PROJECTS | ROSS | CONTACT

© 2010-2013 John Axelrod. All rights reserved.