John Axelrod






[Back to press index]

27 Jun 2011
L’hymne de l’ONPL à Beethoven
Courrier de l'Ouest

L’hymne de l’ONPL à Beethoven

 

L’Orchestre National des Pays de la Loire a reçu une longue ovation pour sa dernière angevine de la saison, vendredi au Centre de congrès. Ovation méritée tant le programme concocté par son chef John Axelrod était dense, riche et original. A en voir le visage défait de ce dernier, on imagine le travail que la création et l’interprétation des trois œuvres présentées ont nécessité. Première pièce présentée, « Le septième voyage de Sindbad » de l’Américano-irakien Karim Al Zand, en création française. Une pièce que l’on pouvait imaginer plus contemporaine, en un sens moins convenue. Mais la musique de ce jeune compositeur illustre à merveille les différentes sources qui l’inspirent : la poésie, les voyages sur les terres d’orient, ou des traversées en pays imaginaires, tout cela sur des rythmes arabisants avec une forte présence des bois et des échappées jazzy.

« La septième voyage de Sindbad », douce invitation à la rêverie, ouvrait délicieusement une soirée dont l’un des temps forts était la création mondiale de Joymix, remix orchestral de la « Symphonie n°9 » de Beethoven par Gabriel Prokofiev, petit-fils de. Celui-là ne s’est d’ailleurs pas contenté d’enregistrer les voix du chœur pour les intégrer, via un ordinateur, au mouvement final, mais a recomposé, à sa manière, la symphonie. Certes, certains passages entre musiciens bien réels et chanteurs virtuels manquaient selon nous de fluidité, mais l’idée même de s’attaquer à l’un des classiques les plus entendus de l’histoire de la musique par une arme langagière d’aujourd’hui et de demain bouscule pertinemment codes et convenances. A l’image du complice de Gabriel Prokofiev, qui, derrière ses machines, arborait un T-Shirt tête de mort aux couleurs fluo à l’effigie de Punish Yourself, groupe « cyberpunk-fluo-zombie ». Au milieu des queues-de-pie et des belles robes, cela détonne !

Enfin, la « Symphonie n°9 », la vraie, parachevait ce festin musical de roi. Une véritable odyssée que John Axelrod avait décidé de mener bon train. Une juste approche qui offrait tension et profondeur. Et lorsque les quatre solistes et le chœur habitèrent le quatrième mouvement en emplissant la salle de leur « Hymne à la joie », on ne pouvait être que comblés nous aussi de joie. Prokofiev, avec casquette deejay, pouvait réassagir les nerfs avec son électro minimale et expérimentale…le bien est fait !

 

LELIAN

 


Permalink : http://www.johnaxelrod.com/press_detail.php?L-rsquo-hymne-de-l-rsquo-ONPL-a-Beethoven-111


HOME | BIOGRAPHY | PRESS | CALENDAR | DISCOGRAPHY | VIDEOS | PHOTOS | NEWSLETTER | PROJECTS | ROSS | CONTACT

© 2010-2013 John Axelrod. All rights reserved.